Les ‘’ Alludje’’ : Ces structures traditionnelles qui favorisent la paix et l’harmonie au Fouta Djallon

Article : Les ‘’ Alludje’’ : Ces  structures  traditionnelles  qui  favorisent la  paix  et  l’harmonie  au  Fouta Djallon
Étiquettes
22 juillet 2017

Les ‘’ Alludje’’ : Ces structures traditionnelles qui favorisent la paix et l’harmonie au Fouta Djallon

Traditionnellement la planchette est l’ardoise en bois sur laquelle tous les petits enfants apprennent les rudiments de la parole sacrée : le Coran .
La planchette est si importante que la classification sociale au Fouta Djallon notamment à Labé utilise une nomenclature lié à cet instrument .
De nos jours le nom ‘’Alluwaal’’ sert à désigner chacun des 4 groupes sociaux qui renferment les habitants de la cité et à chacun de ces ‘’alluwaal ‘’ correspond une des portes de la Mosquée fondée par Karamoko Alfa mo Labé au 18 ème siècle.
Chaque cérémonie cultuelle est l’occasion d’honorer ces 4 entités dont les rôles sont bien distincts au sein de la communauté.
Le premier de ces 4 ‘’Alludje ‘’ est ‘’Alluwaal Kalidouyabhe’’ littéralement la planchette des descendants de Kalidou l’aïeul des Diallo de Labé ainsi que de tous les descendants du patriarche Karamoko Alfa à Popodara ou encore Mali.
– Les Kalidouyaabhe
– Les Awlube (maitre de la parole traditionnels dont l’origine remonte au passage du conquérant Elhadj Oumar Tall sous le règne de l’Almamy Omar dixième souverain du Fouta Théocratique et père de Bokar Biro.)
– Les Kalibori
– Les Iloyaabhe
– Les Lawbhé
– Les Maa Sadjouma (descendant d’un ancien compagnon de Karamoko Alfa, ce nom désigne tous ses descendants aussi de nos jours)
Ensuite il y a ‘’Alluwaal Dow Saaré ‘’qui comprend :
– Les Ndouyebhe
– Les wolaarbhe
– Les sarambhe (familles Sarakolés installées au cœur de Labé et originellement venues faire du négoce)
– Les Diakabhe (descendants de Soumanfodé Diackaby l’un des deux marabouts qui ont aider Karamoko Alfa à juguler les forces surnaturelles qui entravaient l’érection des murs de sa mosquée)
– Les Garankebhee (descendants de l’autre des deux marabouts qui ont aider Karamoko Alfa à juguler les forces surnaturelles qui entravaient l’érection des murs de sa mosquée)
– Les maninkaabhe (personnes originaires de l’ancien Mandé établies à Labé par le truchement de l’histoire et du négoce)
– Les étrangers de passage.
En troisième position il y a ‘’Alluwaal Talibabhe ‘’, dérivé du mot arabe Talib signifie apprenant ou disciple ou encore élève en parlant du Livre Sacré le Noble Coran. Neuf groupes de familles composent cette entité :
– Les Ngueriyaabhe
– Les Mbalbhe
– Les Ndiobboyaabhe
– Les Nyogueyaabhe
– Les Houssanayaabhe
– Les Hammadiyaabhe
– Les Pateyaabhe
– Les Dikooyaabhe
– lesYilaabhe
Enfin nous avons ‘’Alluwaal’’ Adaadul Kabir ‘’ comprenant :
– les seleyaabhe
– les Ferobhe
– les Macinaabhe
– les Timbonkebhe
– les Djimbalaabhe
– les djembeleyabhe

il convient de souligner que dans cette quatrième entité ,les Djimbalabhe sont traditionnellement ceux qui sont habilités à prononcer les bénédictions conclusives d’une assemblée .

Partagez

Commentaires

Bah
Répondre

Cest vraiment formidable de lire un article qùi décrit l'ethnologie et la structure sociologique d'une des communautés les plus importantes de la Guinée. Du courage...